Augmentation mammaire à Lyon

DÉFINITION, OBJECTIFS DE L'AUGMENTATION MAMMAIRE PAR IMPLANTS MAMMAIRE À LYON ET AIX-LES-BAINS EN SAVOIE 3

L’hypotrophie mammaire touche à la féminité et peut voir un retentissement physique et psychologique important. Il s’agit parfois d’un véritable complexe responsable d’une perte de confiance en soi. L’objectif de l’intervention est de réaliser une augmentation mammaire, grâce à la mise ne place de prothèses mammaires. Le résultat doit être le plus naturel et le plus harmonieux possible. Cette intervention de chirurgie esthétique ne peut pas être prise en charge par la sécurité sociale et le prix de l’intervention reste à la charge de la patiente. Quelques rares cas de malformations peuvent être pris en charge par l’assurance maladie (le tarif que le patient règlera ne correspondra qu’au dépassement d’honoraires du chirurgien).

LES PROTHÈSES MAMMAIRES EN SILICONE 3

La plupart des prothèses mammaires mises en place en France et dans le monde sont remplies de silicone médicale sous forme de gel. Ces implants mammaires sont utilisés depuis les années 1960 pour l’augmentation du volume de la poitrine. Les études scientifiques ont démontré leur sécurité au cours des décennies et leur aspect similaire à un sein normal à la palpation. Depuis le début des années 2000 les prothèses mammaires ont été modifiées pour être encore plus résistantes et pour avoir une durée de vie plus longue. Comme pour tous les dispositifs médicaux, leur fabrication est soumise à des règles très strictes. L’autorisation de l’AFSSAPS et le marquage CE sont obligatoires. Les implants mammaires sont constitués d’une enveloppe le plus souvent texturée très résistante, élastique, formée trois couches. L’enveloppe est remplie d’un gel de silicone médical dont la souplesse et la consistance sont proches de celles du sein. Les modifications techniques apportées aux nouvelles prothèses portent sur :

  • La capsule de la prothèse : cette enveloppe très solide, interdit toute diffusion du gel de silicone en dehors de la prothèse d’une part, et s’use beaucoup moins dans le temps d’autre part
  • Le gel médical de silicone : ce gel est dit « cohésif », car sa consistance, à la fois souple et ferme, est proche de celle de la glande mammaire. Ce gel reste à l’intérieur de la prothèse en cas de rupture traumatique de l’enveloppe.

En plus de ces modifications techniques qui permettent d’avoir des implants mammaires beaucoup plus fiables, il existe maintenant plusieurs formes d’implants ronds ou anatomiques (en forme de goutte). Ces prothèses mammaires se différencient par leur diamètre au niveau de la base, leur projection ou leur profil (bas, modéré et haut) et leur hauteur pour les implants anatomiques. La grande variété de formes et de volume des implants permet pour chaque patiente, en fonction de sa physionomie et de ses désirs, de prendre une décision chirurgicale personnalisée à chaque cas.

AVANT L’INTERVENTION 3

Pour le Docteur Jean-Charles BAYOL, chaque patiente est unique. La consultation commencera par un interrogatoire pour connaitre les antécédents, les souhaits et les motivations de la patiente. L’examen clinique permettra d’inspecter et d’ausculter les seins, il se terminera par des mesures au niveau des seins et du thorax. Après l’interrogatoire et l’examen clinique, le Docteur BAYOL déterminera, avec sa patiente, la forme et le volume des implants, le siège des cicatrices, la situation des prothèses par rapport au muscle pectoral afin d’obtenir le meilleur résultat esthétique qui vous satisfera pleinement. Au-delà de 35 ans, ou s’il existe des antécédents familiaux de cancer du sein, une mammographie et/ou une échographie seront prescrits. Quatre ordonnances vous seront faites pour l’intervention : un bilan préopératoire, une ordonnance pour commander le soutien-gorge de contention, une ordonnance pour des bas de contention, et une ordonnance de traitement homéopathique à prendre 10 jours avant l’intervention afin de minimiser, l’œdème et les hématomes post-opératoires. Un rendez-vous de consultation devra être pris avec un médecin anesthésiste. Il est fortement recommandé d’arrêter le tabac au moins un mois avant l’intervention car le tabac a un effet délétère sur la cicatrisation. Il faudra penser à ne pas prendre d’aspirine (qui favorise les saignements) dans les 15 jours précédant l’intervention. Il faudra être à jeun (ne pas manger, boire, fumer) au moins 6 heures avant l’intervention.

TYPE D’ANESTHÉSIE ET MODALITÉS D’HOSPITALISATION 3

Il s’agit le plus souvent d’une anesthésie générale pendant laquelle vous dormez complètement. Il est nécessaire de rester hospitalisé une journée à la Clinique Esthétique Lyon Tête d’Or ou à la Clinique du Lac à Aix-Les Bains en Savoie, près de Chambéry et près d’Annecy en Haute-Savoie.Le plus souvent la patiente entre le matin, est opérée et est surveillée le reste de la journée et la nuit qui suit. La sortie s’effectue le lendemain matin.

L’INTERVENTION CHIRURGICALE 3

Chaque chirurgien esthétique a sa propre technique qu’il adapte à chaque patiente pour obtenir le meilleur résultat. Cependant, nous pouvons retenir quelques principes de base communs : « Voies d’abord » : Il existe plusieurs incisions cutanées possibles (figure 1). Le dessin de ces voies d’abord correspond au siège des futures cicatrices, qui seront cachées dans des zones de jonction ou des plis naturels. Chaque voie d’abord a ses avantages et ses inconvénients : prothèses mammaires Lyon

  • Voie axillaire : la cicatrice est cachée sous le bras. Cette voie d’abord est adaptée à la mise en place des implants derrière le muscle pectoral, elle évite toute cicatrice sur le sein lui-même. Mais Cette voie d’abord ne pourra pas être réutilisée en cas de changement d’implant.
  • Voie aréolaire : l’incision se fait au niveau de l’hémi-circonférence inférieure de l’aréole. Il s’agit de la voie d’abord la plus utilisée pour les implants en situation pré-pectorale, elle permet un contrôle direct de la zone d’implantation (dissection, hémostase). Mais l’abord transglandulaire sectionne des canaux galactophores (susceptible de compromettre un futur allaitement).
  • Voie sous-mammaire : la cicatrice est placée dans le sillon sous-mammaire. Cette voie d’abord s’adresse aux patientes ayant les sillons sous-mammaires bien définis, avec amorce de ptose, pour mettre les implants en situation pré et rétro-pectorales avec un contrôle direct de la zone d’implantation (dissection, hémostase). Mais certaines patientes reprochent à cette voie d’abord une cicatrice parfois visible qui peut être placée un peu au dessus (plus rarement au dessous) du sillon sous mammaire.

Positionnement des implants prothèses mammaires aix les bains chambery savoie Après avoir réalisé la voie d’abord, la loge qui recevra l’implant pourra être faite devant ou derrière le muscle grand pectoral :

  • Devant le muscle ou prémusculaire (figure 2) : l’implant est positionné derrière la glande mammaire et devant le muscle grand pectoral. Il s’agit de la position la plus anatomique mais le pôle supérieur de l’implant est parfois visible surtout si la patiente est maigre.
  • Derrière le muscle ou rétromusculaire (figure 3) : l’implant est positionné derrière le muscle. Le Pôle supérieur de l’implant est moins visible chez une patiente maigre. Mais les douleurs postopératoires sont plus importantes et il existe un risque d’aplatissement du sein lors de la contraction.

prothèses mammaires annecy haute savoie La décision du placement des implants dépend des caractéristiques morphologiques de la patiente. Le Docteur BAYOL déterminera avec sa patiente la meilleure solution.

Gestes éventuellement associés

Si les seins tombent trop avant l’intervention (ptose mammaire), il faudra associer à la mise en place des implants, un lifting des seins (mastopexie). Ce lifting consiste à diminuer l’excès de peau pour faire remonter le sein et l’aréole. Les cicatrices sont plus importantes : une cicatrice autour de l’aréole, une cicatrice verticale sous l’aréole, +/- une cicatrice dans le sillon sous-mammaire.

Drainage et pansements

Un drain est mis en place pour évacuer le sang. Il peut être conservé de 1 à 5 jours et n’empêche pas le retour à domicile. En fin d’intervention, un pansement simple sur les cicatrices est réalisé. Le soutien-gorge de contention, prescrit en consultation préopératoire, est mis en place immédiatement au bloc opératoire. En fonction du chirurgien, de la voie d’abord et la nécessité éventuelle de gestes complémentaires associés, l’intervention peut durer une heure trente à trois heures.